Workspace

BLOG - ACTUALITÉS

Revenons sur 4 axes phares dans nos propositions pour les Français de l'Étranger

Updated: May 13, 2021



Défendre l'offre éducative française à l'étranger


Constat

Le réseau éducatif français à l’étranger est riche et varié.

Si un tiers des élèves Français vivant à l’étranger sont scolarisés dans des établissements reliés à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (l’AEFE), deux-tiers étudient en dehors du système AEFE, dans des écoles locales ou internationales.


Ces dernières années, par souci d’indépendance, notamment financière, de nombreux établissements ont réduit ou rompu leurs liens avec l’AEFE. Cette dynamique s’inscrit dans un contexte plus global de hausse des frais de scolarité, malgré les subventions exceptionnelles apportées par l’État à l’AEFE durant la pandémie (aides aux établissements et aux familles).

Plusieurs dispositifs complètent l’offre éducative à l’étranger, notamment les FLAM (Français Langue Maternelle) et le LabelFrancÉducation.


Sur le terrain, nous constatons que ces différentes options sont rarement en concurrence directe, mais répondent à des marchés et à des besoins distincts. Par exemple, le coût d’une famille dans un lycée AEFE est égal à celui d’environ 100 élèves FLAM, faisant du réseau FLAM un réseau particulièrement efficace pour les élèves qui étudient en dehors des établissements AEFE.


Si notre réseau éducatif à l’étranger permet avant tout aux Français de l'étranger (FDE) de maintenir un lien avec la langue et la culture française, il est aussi un moyen de faire rayonner la France à l’international. Bien que notre système reste attractif et reconnu, il est fragilisé par un manque d’investissements et par la lenteur des réformes.


Objectif

Avec des frais de scolarité toujours en hausse, il faut rendre l’éducation française à l’étranger plus accessible en proposant une offre éducative globaliste, qui permette aux Français de l’étranger plus de flexibilité, tout en renforçant la cohérence des différentes options sur le terrain.


Nous considérons que les élèves français de par le monde sont des citoyens en devenir et il est donc fondamental de leur offrir un véritable parcours citoyen afin qu’ils intègrent les différents mécanismes et les enjeux de leur citoyenneté à l'étranger.

Il est essentiel que l'ensemble des jeunes français de l'étranger, soient informés des spécificités de leur vie de citoyen en dehors des frontières françaises. Notamment par l’intermédiaire de l’école, en intégrant dans les programmes d’enseignement moral et civique (EMC) un module spécifique aux Français de l'étranger (FDE).


Il faut aussi amplifier le rôle de l’éducation française à l’étranger dans notre diplomatie culturelle en la mettant mieux en valeur, y compris auprès des publics étrangers.


Mise en place

Pour défendre cette offre éducative holistique, nous, élus consulaires, devront mieux informer les Français de l'Étranger sur les différentes options qui existent.

Parmi ces options,

  • les établissements AEFE (en gestion directe, conventionnés, homologués, ou en partenariat),

  • les établissements bénéficiant du LabelFrancÉducation

  • et le réseau FLAM.

Les conseillers des français de l’étranger auront vocation à agir comme relais entre les différentes composantes de cette offre, en étroite collaboration avec les conseillers culturels des ambassades et consulats.

En tant que relais, nous pourrons œuvrer pour que tous les besoins soient reflétés dans l'offre éducative, pour que chaque solution trouve son marché. Ainsi, nous pourrons anticiper les frictions en portant une vision globale de l’offre éducative française à l’étranger.


Les conseillers des français de l’étranger défendront auprès du Conseil supérieur des programmes la création d’un module sur la vie citoyenne à l'étranger dans le programme d’EMC des établissements AEFE.

En tant qu'élus de proximité des Français de l'Étranger, ils auront la mission d’alimenter la réflexion et la mise en œuvre de ce module. Ce module serait dédié à l’apprentissage des institutions et acteurs assurant la représentation des Français de l'Étranger ainsi qu’aux processus électoraux qui leur sont propres.


Les établissements français à l’étranger gagneraient aussi à mettre en avant les parcours d’anciens élèves ainsi que l’excellence de l'éducation à la française. Ce type de démarche et ce format de communication permettra de renforcer l’attractivité de notre système éducatif comme gage de qualité auprès d’étudiants, y compris étrangers, et de leurs familles.


Accompagner les candidats au dispositif de Soutien associatif des Français à l’étranger (STAFE)


Constat

Le dispositif de Soutien associatif des Français à l’étranger (STAFE), vient appuyer, par un financement, les projets associatifs de nature éducative, caritative, culturelle ou d’insertion socio-économique et qui contribuent au rayonnement de la France et au soutien des Français à l’étranger et des publics francophones.


Pour prétendre obtenir une subvention, il est nécessaire que l’association en question soit enregistrée localement et en France (loi 1901).

De plus, la subvention STAFE (entre 1 000 euros et 20 000 euros) est limitée à 50% du budget total et n’est donc pas la seule source de financement du projet. De manière exceptionnelle, ce taux est plafonné à 80% pour les petites associations dont le budget global n’excède pas 10 000 euros et qui sollicitent une subvention inférieure à 2 000 euros. Cette aide aux Français relève de nos ambassades et consulats.


Aujourd’hui, nombreux sont nos citoyens à remettre en question ce dispositif né en mars 2018.

Parmi les revendications les plus fréquentes, nos compatriotes déplorent les conséquences désastreuses sur les plus petites structures associatives avec une dévalorisation des aides, au profit des plus grandes : alliances, instituts, lycées français.

D’autres soulignent l’absence d’une structure cohérente et transparente et soulignent l'absence de procès verbaux lors des réunions.


Objectif

Ainsi, à l’image de certains facilitateurs administratifs, nous portons l'ambition de renforcer les outils

d’accompagnement aux dépôts de dossiers STAFE tout en participant à la reconnaissance de ce dispositif par les jeunes françaises et français établis hors de France ayant besoin d’un soutien financier à hauteur de 20 000 euros pour leur projet associatif.


Mise en place

Afin de porter ce dispositif, alléger les démarches et participer à sa reconnaissance, nos élus consulaires participeront à l’élaboration d’outils.

Nous entendons notamment la mise en place d’une plateforme d’entraide pour accompagner nos concitoyens tout au long du parcours de dépôt d’une demande STAFE.

De plus, nous suggérons la mise en place d’une campagne de communication ciblée autour du dispositif STAFE.

Cette campagne serait notamment l’occasion d’offrir aux plus jeunes de nos concitoyens l’opportunité de construire des projets à valeurs éducatives, caritatives, et culturelles contribuant au rayonnement de la France à l’étranger.


Rendre les conseils des Français de l’étranger plus transparents


Constat

Les conseillers des français de l’étranger restent trop peu connus de nos concitoyens.

La forte abstention lors des élections consulaires en 2014 (83,4%) en est une preuve. Aux Philippines, nos Conseillers consulaires ont obtenu un mandat de 6 ans, augmenté d'un an en raison de la pandémie, en totalisant seulement 286 bulletins validés :

  • Union pour les Français aux Philippines : 2 sièges avec 192 voix (67,13%)

  • Être Français ensemble aux Philippines : 1 siège avec 94 voix (32,87%) - les représentants de cette liste ont disparu quelques semaines après les élections.

Il y a un manque criant de connaissance concernant le rôle et le fonctionnement de ce mandat.

Il faut donc plus de transparence, afin de renforcer la place des élus consulaires dans la vie démocratique des Français de l'Étranger.

De plus, les conseils consulaires seront en mai 2021, pour la première fois, présidés par un élu, et non plus par l’Ambassadeur ou le Consul général.

Nous avons donc une opportunité unique pour renouveler les pratiques et ainsi rendre les conseils consulaires plus transparents.


Objectif

L’objectif est de pérenniser la place des élus consulaires dans la vie citoyenne et démocratique des Français de l'Étranger, en rendant leur travail plus accessible et plus transparent.

En démystifiant les pratiques, nous sensibiliserons les Français de l'Étranger au travail de leurs représentants, les rendant plus utiles et efficaces.


Mise en place

La transparence passe d’abord par un partage d’informations plus systématique.

Il faudra, par exemple, que les ordres du jour et comptes-rendus des conseils consulaires soient publiés plus régulièrement sur les sites web des consulats, dans un onglet dédié. Aujourd’hui, ce partage d’information est géré directement par les consulats.

Pour ce nouveau mandat, il faudra responsabiliser les présidents des conseils consulaires afin qu’ils systématisent cette pratique.

Tout citoyen français à l’étranger doit pouvoir s’informer facilement sur les travaux et activités des conseils. Par le biais des sites web des consulats, mais aussi via les réseaux sociaux, le site web "Hôtel des Conseillers des Français aux Philippines" que nous avons créé à votre intention et la liste électorale consulaire (LEC) remaniée et tenue régulièrement à jour afin de refléter une image, au plus proche de la réalité, des Français résidant aux Philippines.


Créer un congrès des auteurs et artistes francophones de l'étranger


Constat

Parmi les acteurs de la culture française à l’étranger, nous comptons des auteurs et autrices, des peintres et sculpteurs, des musiciens, des photographes de talent .

A travers leur travail, ils œuvrent pour la francophonie - et bien plus : ils sont ambassadeurs des valeurs, de la culture et de l'ambition françaises à l'international.

Ainsi, nous devons soutenir et amplifier les travaux de ces jeunes et moins jeunes.


Objectif

Ici, nous tendons à promouvoir ces talents expatriés, en mettant en place un congrès destiné à valoriser et accompagner les auteurs et artistes francophones à travers le monde.

Cet accompagnement s’organisera autour d’une communauté d'acteurs culturels œuvrant en faveur de la francophonie à travers le monde.


Mise en place

Les Conseillers des Français de l’étranger seront le relais entre les attachés culturels permanents du Quai d'Orsay, en charge de la diffusion de la culture et de la langue française à l’étranger, et la communauté des acteurs culturels francophones sur leurs territoires.

En plus de porter ce projet à la connaissance de tous, les Conseillers des français de l’étranger pourront se faire force de propositions afin de mieux valoriser les travaux de ces talents auprès des autorités locales en association avec les conseillers de coopération et d’action culturelle de l’ambassade (COCAC).

Ainsi, nous pourrions voir naître un congrès, des journées dédiées à la francophonie, ou un travail commun de traduction d'œuvres étrangères en français.